amelia_ndi
Culture

Amelia Earhart, aviatrice et femme libre

25 juin 2020

Inscription Newsletter

Elle était surnommée “Lady Lindbergh” pour sa ressemblance avec l'aviateur Charles Lindbergh. Comme lui, elle traversa l'Atlantique...

...mais ne se contenta pas de cet exploit et tenta un tour du monde qui lui fut fatal en 1937. Le mystère Amelia Earhart est-il en passe d'être résolu ?

La révélation

Pour Amelia Earhart, Américaine originaire du Kansas, tout commence en décembre 1920, à l'aérodrome de Long Beach, sur la côte est américaine. À 23 ans, elle monte pour la première fois dans un avion. Après ce baptême de l’air, elle affirme : "Je serai pilote" et commence les cours d'aviation qu’elle finance grâce à des petits boulots. En 1922, elle bat un record d'altitude féminin en amenant son avion à 4300 mètres. Très vite, son nom circule dans le milieu de l'aviation pourtant très machiste.

Pionnière de l’aviation

En 1928, l'intrépide aviatrice est contactée par le publicitaire et éditeur George Putman. Dans le but de favoriser les bonnes relations entre l'Amérique et l'Angleterre, celui-ci est chargé de trouver quelqu’un pour monter à bord d’un avion aux côtés de deux pilotes afin de relier les deux pays. Amelia Earhart rejoint l'équipage mais n'a pas l'autorisation de tenir les manettes et sa présence reste purement médiatique. Frustrée, elle se lance un nouveau défi en 1932 : traverser l'Atlantique, mais en solitaire cette fois.

La cause des femmes

La renommée de l'aviatrice va alors grandissante : elle écrit des articles sur sa passion de l’aviation, s’engage dans la création d’une association de femmes pilotes, donne des conférences… Coupe à la garçonne, habituée des pantalons, Amelia Earhart est une femme peu conventionnelle pour l’époque. Après avoir refusé cinq fois la demande en mariage de l’éditeur Georges Putman, elle acceptera la sixième mais à certaines conditions. Indépendante et autonome, elle insiste sur le refus de la fidélité, le partage des tâches et l’autonomie financière.

En 1937, un autre défi d'envergure anime Amelia : faire un tour du monde en avion. Le 2 juillet, son bimoteur Lockheed Electra disparaît des radars, alors qu’il se dirige vers Howland, un minuscule îlot dans le Pacifique. Les autorités annoncent que son appareil s’est abîmé au milieu de l’océan. Mais où ?

Une disparition mystérieuse

L’une des théories veut que l’avion soit tombé en panne sèche au-dessus de l’océan Pacifique, et qu’il se soit écrasé sur l’île inhabitée de Gardner Island. En 1940, une expédition britannique retrouvait en effet sur cette île des restes humains, identifiés à plus de 99 % comme ceux d’Amelia près de 80 ans plus tard.

Enfin, il y a plus de treize ans, une équipe de chercheurs pense avoir retrouvé l’avion d’Amelia Earhart, à 30 mètres de profondeur dans l’océan Pacifique, au large d’une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les études sont en cours.

Le mystère qui entoure toujours la disparition d’Amelia Earhart participe à la légende d'une femme qui ne recula devant aucun défi pour repousser les limites des airs et de son époque.

Rédactrice : Géraldine Dao

Une gestion
certifiée AFAQ ISO 9001