vauban
Evasion

Les fortifications de Vauban : un trésor national

16 avril 2019

Inscription Newsletter

De l’Ouest à l’Est de la France en passant par le Sud et le Nord, la « touche » Vauban est partout ou presque.

Mais qui était cet homme ? Où se trouvent les diverses fortifications qu’il a (ré)imaginées ? C’est ce que nous vous invitons à découvrir.

 Qui était Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban ?

C’est en 1633 que naquit Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban. Il meurt à Paris peu avant son 70e anniversaire. Nommé ingénieur militaire du roi en 1653, il fait preuve d’ingéniosité et d’innovation pour concevoir diverses fortifications dont le rôle est de protéger la France contre ses ennemis. Durant la guerre de Hollande de 1672 à 1678, il construit par exemple 53 sièges et 300 places fortes. En réduisant les angles morts grâce à un plan en étoile ou encore en créant des tranchées souterraines, il élabore des fortifications efficaces. En 1692, il prend la tête du génie militaire, corps structuré créé par Louis XIV. Mais il ne s’arrête pas là puisqu’il rédige également diverses réformes et montre là aussi qu’il sait innover en voulant, par exemple, mieux répartir les impôts en faveur des Françaises et Français les plus modestes. Les idées novatrices de Vauban concernent ainsi autant l’architecture que la politique. En janvier 1703, il est fait maréchal de France par le Roi Soleil. 

 « Ville assiégée par Vauban : ville prise. Ville défendue par Vauban : ville imprenable »

Du Finistère à l’Ille-et-Vilaine, on trouve en Bretagne diverses fortifications imaginées par Vauban. Le Château du Taureau dans la Baie de Morlaix (29) a par exemple été construit à la suite d’un pillage perpétré en 1522 par des Anglais alliés aux Espagnols. Ensuite confisqué, il est ré-imaginé en 1689 par Vauban mais il faudra attendre 1745 pour qu’il soit achevé. En Charente-Maritime, on trouve le fort Louvois, qui doit sa forme de fer à cheval à Vauban. À Saint-Jean-Pied-de-Port, l’enceinte médiévale et la citadelle ont elles aussi bénéficié de l’ingéniosité de Vauban. Il est également intervenu à Sète où le fort Saint-Louis a été érigé. Mais son inefficacité face aux invasions ennemies a obligé la ville à construire d’autres forts. À Besançon, Vauban a été mandaté par le roi pour construire une citadelle sur le mont Saint-Étienne. Le projet, interrompu lorsque la ville a été restituée à l’Espagne, a ensuite été repris par les Espagnols qui ont suivi les plans de l’ingénieur militaire. Le front de Secours et le front Royal ont alors été édifiés. Lorsque Besançon est redevenue française, Vauban a amélioré la citadelle, un type de fortifications que l’on retrouve aussi à Valenciennes. À Abbeville, au nord de la France, il a apporté des améliorations aux fortifications de la ville. « Ville assiégée par Vauban : ville prise. Ville défendue par Vauban : ville imprenable », dit le très juste adage.

 Classement au Patrimoine de l’humanité

L’œuvre de Vauban et ses idées et techniques créatives continuent, plusieurs siècles après sa disparition, d’inspirer. En juillet 2008, douze sites français imaginés par Vauban sont même classés par l’Unesco au Patrimoine de l’humanité. Citadelles, villes neuves, tours bastionnées, forts... La liste des sites « inscrits en tant que témoins de l’apogée de la fortification bastionnée classique, typique de l’architecture militaire occidentale » est variée, rappelle l’UNESCO. Elle est aussi la preuve que le génie de Vauban étonne et impressionne toujours autant. Ce n’est pas pour rien que chaque année, de nombreux touristes français comme étrangers vont admirer ses fortifications.

Une gestion
certifiée AFAQ ISO 9001