Vivre à distance : loin des yeux, toujours proches
Famille

Vivre à distance : loin des yeux, toujours proches

25 avril 2019

Inscription Newsletter

Études, travail ou simplement envie de découverte, les raisons qui peuvent pousser à partir vivre loin de ses proches sont nombreuses.

Mais loin des yeux ne signifie  pas nécessairement loin du cœur ! Retrouvez dans cet article toutes les clefs pour créer ou renforcer les liens avec vos enfants, petits-enfants ou amis.

Lorsque ses petits-enfants sont nés, Yvonne, 80 ans, n’a pu découvrir leur visage que quelques semaines plus tard, une fois les premières photos développées et acheminées par courrier. « Que l’attente était longue ! Je ne pouvais imaginer ce que à quoi ils ressemblaient qu’à partir des descriptions que ma fille, qui vit à plus de 5 000 km de chez moi, me faisait par téléphone ». C’était il y a une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, tout a changé. L’arrivée du numérique dans notre quotidien a complètement bouleversé les rapports que nous entretenons avec ceux qui vivent loin. Fini le temps où l’on guettait le facteur pour avoir des nouvelles et attendait les grandes vacances pour voir à quel point les enfants avaient grandi. Finies également, les factures de téléphone exorbitantes après avoir passé des heures à discuter avec un ami vivant au bout du monde. Le contact peut être quotidien et ne coûte pas plus cher que d’appeler son voisin.

« Ma grand-mère est “hyper connectée“ »

A peine quelques heures après la naissance de leur enfant, les jeunes parents partagent avec tous leurs proches les premières photos du nouveau-né. « C’est fantastique de pouvoir voir ma petite-fille grandir malgré la distance, déclare Catherine, 61 ans, dont le fils est installé aux Etats-Unis. Nous utilisons régulièrement Skype avec ses parents. Cela m’a permis d’entendre ses premiers mots ! À trois ans et demi, c’est même elle qui prend la tablette et appuie sur l’icône pour m’appeler ! ».

Lorsqu’il s’agit d’utiliser des applications de messagerie instantanée et de visioconférence pour avoir des nouvelles de leurs proches, les seniors ne sont pas en reste. « Ma grand-mère est “hyper connectée“ », témoigne Asya, une jeune franco-turque de 23 ans venue faire ses études à Paris. « Nous prenons régulièrement des nouvelles l’une de l’autre au travers d’applications du type WhatsApp[1]. Je n’hésite pas à lui écrire lorsque j’ai besoin d’un conseil et elle me répond presque instantanément. C’est comme si nous étions encore toutes les deux à Istanbul.»

Arsène et Juliette, un couple d’octogénaires du sud de la France sont, quant à eux, moins à l’aise avec le numérique. Cela ne les empêche pas pour autant de garder contact avec leur petit-fils, Marius, qui vit en Normandie. « Comme nous n’avons pas d’abonnement Internet, nous nous téléphonons régulièrement. Et, quand nous allons dîner chez notre fille, nous en profitons pour utiliser sa tablette et faire une grande visioconférence avec tous nos enfants et petits-enfants. » Les moyens de communication plus traditionnels ont aussi leurs avantages : ils permettent d’instaurer des rendez-vous, comme l’appel téléphonique du dimanche après-midi ou la carte postale des vacances. Autant de moments qui aident à construire des liens car ils nous forcent à nous retrouver et favorisent davantage les vraies conversations.

Papoti, l’application qui rapproche les parents et les petits enfants

S’il existe nombre d’applications pour smartphones et tablettes qui permettent de rester en contact avec ses petits-enfants, Papoti a été créée spécialement pour ça.  Cette initiative, née d’une start-up française, a pour ambition de mettre à disposition un espace de partage privilégié entre les grands-parents et à leurs petits-enfants, qui sont de plus en plus fréquemment éloignés. Conçue pour que les enfants puissent l’utiliser à partir de 6 ans, cette application est très simple d’utilisation. Elle permet de discuter mais également de jouer à distance, via l’« espace ludique », de partager des photos ou encore de jouer en simultané… Une belle preuve que le numérique favorise le lien intergénérationnel.

Papoti est disponible sur IOS et Android et s’utilise aussi bien sur smartphone que sur tablette.

« Grâce à Facebook, j’ai pu reprendre contact avec plusieurs de mes cousins »

Pour reprendre contact avec ceux qu’on aurait perdu de vue, les réseaux sociaux sont désormais un passage obligé. Guylaine, 56 ans, vit en France depuis plus de 25 ans : « Grâce à Facebook, j’ai pu reprendre contact avec plusieurs de mes cousins qui vivent toujours au Canada, mon pays d’origine. C’est toujours plaisant d’avoir de leurs nouvelles via les photos qu’ils postent sur leurs profils. » Alimenter son profil sur un réseau social ne suffit cependant pas à conserver des liens durables car, si cela permet de partager ses dernières photos de vacances ou son dernier coup de cœur en matière de cinéma, les interactions restent parfois trop limitées en se cantonnant à des « j’aime » au-dessous des photos ou de courts commentaires sur les publications. En revanche, on peut y saisir l’opportunité de relancer une conversation en souhaitant son anniversaire à un vieil ami ou en lançant une discussion sur un centre d’intérêt commun qui nous aurait jusqu’ici échappé. L’occasion de retisser de vrais liens autour de ces passions via, par exemple, des conseils de lectures entre deux férus de romans policiers, ou l’organisation d’un week-end de randonnée pour des amoureux de la nature.

« Je me débrouille toujours pour faire un détour et passer voir ma grand-mère »

Pour que l’échange reste plus authentique que ponctuel, il est toujours plus sincère, à un moment ou à un autre, de partager des moments qui ne soient pas virtuels. Ils peuvent être organisés, tels que les réunions de famille, « cousinades » ou réunions d’anciens élèves, ou plus improvisés. Romane, étudiante à Toulouse, nous explique « Quand j’ai des déplacements à faire dans le nord de la France, je me débrouille toujours pour faire un détour et passer voir ma grand-mère. J’y reste pour un repas ou pour une ou deux nuits, mais l’important c’est que nous ayons pu nous voir. » Ces moments permettent d’ailleurs de construire de véritables souvenirs en commun, et d’alimenter les futures conversations téléphoniques ou sur les réseaux sociaux ! De plus, ces retrouvailles jouent un rôle important dans la lutte contre l’isolement des seniors. Ils sont aussi l’occasion pour les grands-parents de transmettre leur histoire et leurs traditions, en feuilletant des albums de famille ou en faisant visiter leur village d’origine à leurs petits-enfants, par exemple.

« Mais nous tenions à ce que leur lien avec la France ne se limite pas à deux ou trois semaines dans l’année. »

Lorsqu’on voit ses petits-enfants grandir loin de chez soi, la question de la transmission peut être préoccupante. « Il est important pour nous que nos petits-enfants parlent notre langue et se sentent rattachés à notre culture bien qu’ils vivent à l’étranger », expliquent Yves et Jeanne, un couple de retraités bretons. « Pour cela nous leur faisons bien sûr découvrir notre région lorsqu’ils viennent nous rentre visite l’été ou pour les fêtes de fin d’année. Mais nous tenions à ce que leur lien avec la France ne se limite pas à deux ou trois semaines dans l’année. » Pour cela, Yves et Jeanne font en sorte que leurs petits enfants puissent rester en contact avec leur culture au quotidien. « Nous leur envoyons régulièrement des magazines français. Et pour Noël et les anniversaires, nous offrons toujours des livres, compilations de comptines et DVD. »

L’important reste de trouver le moyen qui vous conviendra, à vous et à vos proches, pour partager ce que vous avez envie de partager, que ce soit de manière instantanée avec le numérique, plus traditionnelle ou en mêlant les deux.

Quels outils pour rester en contact avec mes proches ?

Skype : grand classique des familles éparpillées, ce logiciel permet de passer des appels téléphoniques ou vidéo via Internet et donc sans frais. On peut l’utiliser sur ordinateurs, tablettes et smartphones.

WhatsApp : en important directement les contacts qui se trouvent dans le répertoire de votre smartphone, cette application vous permet de discuter par écrit ou bien de passer des appels via Internet où que vous soyez.

Facebook : il y a de grandes chances que beaucoup de vos proches fassent parti des 1,59 milliards d’utilisateurs mensuels de ce réseau social. Partage de photo, organisation d’événements ou encore discussion par chat, il dispose de nombreuses fonctionnalités qui permettent d’échanger avec ses proches.

Snapchat : très prisée des adolescents, cette application permet d’envoyer des messages, photos et vidéos éphémères mais également de partager les moments les plus importants de sa journée. Un moyen d’impressionner vos petits-enfants à coup sûr !


[1] WhatsApp  est une application mobile de messagerie qui permet de discuter de manière instantanée. Comme elle fonctionne avec Internet, son utilisation n’engendre pas de surcoût lors de l’envoi de messages à un numéro étranger.

 

Une gestion
certifiée AFAQ ISO 9001