zootherapiendi
Santé

La zoothérapie : quand l’animal revalorise le patient

6 août 2020

Inscription Newsletter

De plus en plus d’hôpitaux, de centres spécialisés ou encore de maisons de retraite utilisent la médiation par l’animal avec leurs patients…

Dans nombre de pathologies, la zoothérapie permet d’améliorer la qualité de vie des patients. Retours d’expérience.

Qui n’a jamais ressenti un apaisement en caressant la fourrure soyeuse d’un matou ronronnant ? Ou retrouvé illico de l’énergie en baladant son chien dans la nature ? Les effets d’un animal sur notre moral sont souvent bénéfiques. De là à faire de cette complicité un support pour des soins thérapeutiques ou une rééducation physiologique, il n’y avait qu’un pas. C’est là tout le sens de la médiation par l’animal, encore appelée zoothérapie.

Un véritable lien créé entre les patients et l’équipe des soigneurs

Depuis les travaux du psychiatre Américain Boris Levinson dans les années 60, cette pratique consiste à faire intervenir un animal sélectionné, entraîné, et surtout accompagné par un professionnel, auprès de personnes qui souffrent de certaines pathologies. Pour améliorer une qualité de vie, soutenir une rééducation, renouer une relation ou retrouver simplement confiance en soi.

« Le principe est de toujours faire avec et pour l’animal. Toute notre méthodologie est construite sur le prendre soin des animaux », avertit Emmanuel Doumalin, directeur et fondateur de l’association Umanima. Cette association propose des interventions en médiation par l’animal dans tout l’Ouest de la France ainsi que des formations. « Nos intervenants sont issus du milieu paramédical et médico-social : psychomotriciens, ergothérapeutes, éducateurs spécialisés ou encore de psychologues. Ils mettent en place des ateliers personnalisés avec des objectifs adaptés à chaque participant afin de travailler sur la mémoire, la réappropriation des compétences motrices, l’estime de soi, le temps de concentration… », ajoute Emmanuel Doumalin.

L’ouverture au monde

Pratique encore mineure en France, cette thérapie assistée par animal tend à se développer. Et ce, dans le cadre de bien des pathologies : dépression, sentiment de solitude dans les maisons de retraite, maladies d’Alzheimer ou apparentées, autisme, handicap, traumatismes crâniens… Certains praticiens spécialisés d’Umanima et leur chien interviennent même en milieu carcéral pour libérer la parole et les émotions réprimées. « Nous voyons des personnes prostrées et éteintes depuis longtemps s’animer subitement lorsqu’elles sont en contact avec l’animal. C’est très motivant ! » témoigne Emmanuel Doumalin.

Pas besoin, au demeurant, d’un animal « prodige » ou formé comme les chiens de cette association pour créer une dynamique positive auprès de patients. Lapin, cheval, âne, cochon d’Inde, chouette… « Il suffit que l’animal soit coopérant et fasse sens pour le patient, pour qu’une relation se crée. L'animal est une source de motivation. Il ne communique pas verbalement : il ne peut donc pas mettre en situation d'échec un patient, puisqu'il ne juge pas ! », souligne Emmanuel Doumalin.

Maladie d’Alzheimer

Ainsi, dans certains Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sont proposées des séances de médiation animale en groupe avec les résidents. Les effets sur les personnes âgées – beaucoup souffrant d’Alzheimer ou de maladies apparentées – sont clairement positifs. Caresser l’animal, le promener, ou même se souvenir des animaux que l’on a eus dans sa vie… sont autant de moyens de stimuler une mémoire défaillante ou des sensations oubliées.

Autre apport non négligeable, durant les séances de médiation animale, les patients montrent un autre visage d'eux-mêmes. Cela permet de changer le regard de l'équipe soignante. « Vous n’imaginez pas tous les bienfaits que provoquent la médiation par l’animal, glisse Emmanuel Doumalin. Cette relation ne fait pas qu’apaiser les patients. Elle leur redonne du sourire, du tonus, et leur procure la confiance nécessaire pour aller de l’avant ».


Les sept bienfaits de la médiation par l’animal

Locomotion
Grâce à la marche en laisse avec le chien, il est possible de réaliser de petits exercices sous forme de jeu et stimuler tous les récepteurs et systèmes qui participent notamment au maintien de l’équilibre.

Adresse et coordination
L’adresse et la coordination peuvent se travailler lors de jeux de balles ou ballons avec le chien comme complice.

Mobilité articulaire
Un travail sur les mouvements articulaires peut être fait lors d’exercices de toilettage, de soin de l’animal ou d’activités ludiques. Le but est aussi de travailler la tonicité du corps et la tenue posturale en brossant le chien.

Conscience du corps et affinement sensoriel
Il est tout à fait possible de mettre en place de petits ateliers faisant intervenir la vue, l’ouïe et le toucher dans lesquels l’animal est le centre d’attention. Par exemple, l’intervenant dissimule une croquette sous un des trois gobelets qu’il place devant lui. Le patient doit le retrouver pour l’offrir à l’animal. On détourne ainsi le but : en voulant faire plaisir au chien, le patient n’a pas l’impression de travailler !

Amélioration de la qualité de vie et des soins
De nombreuses études prouvent l’influence bénéfique des animaux sur la diminution du stress au quotidien. Les soignants eux aussi reconnaissent les bienfaits de sa présence, notamment pour apaiser les patients lors d’un soin difficile.

Mémoire
Pour un patient atteint de démence dégénérative, les séances peuvent être basées sur des choses simples, comme le schéma corporel du chien : savoir localiser la truffe, la patte avant gauche, l’oreille droite… La mise en place, par exemple, d’un rituel de nourrissage peut aussi devenir un marqueur temporel important.

Amélioration de l’estime de soi
L’animal satisfait principalement deux besoins de base de l’être humain : d’une part, le besoin d’aimer et d’être aimé et, d’autre part, le besoin de se sentir utile. L’animal a aussi la faculté de ne pas juger. Il devient un confident et revalorise la personne.


En savoir plus

Association Umanima : l’association, basée à Rennes, est spécialisée dans la médiation par l’animal et propose interventions et formations.

www.zootherapie.asso.fr

4pattestendresses : créée en 1994, l’association organise en région parisienne des visites assistées par l’animal auprès de personnes âgées avec la collaboration d’un ou plusieurs référents de l’équipe soignante.

www.4pattestendresse.fr

AFTAA : l’Association française de thérapie assistée par l’animal a pour mission l’introduction d’animaux dans des structures médico-sociales en Ile-de-France, en Savoie et Haute-Savoie, à Lille et à Toulouse.

www.aftaa.net

Les chouettes du cœur : basée à Dijon, l’association propose des interventions en médiation par l’animal avec des oiseaux de proie, notamment dans les Ehpad.

www.les-chouettes-du-coeur.com


Rédacteur : Christophe Polaszek

Une gestion
certifiée AFAQ ISO 9001