Tri sélectif des déchets : comment s’y retrouver ?
Société

Tri sélectif des déchets : comment s’y retrouver ?

26 juin 2019

Inscription Newsletter

Dans quelle poubelle doit-on mettre les barquettes de viande en polystyrène ou les boîtes d’œufs en plastique ?

Où déposer ses déchets électriques et pots de peinture ? Voici quelques conseils qui deviendront vite des réflexes.

Depuis vingt-cinq ans, la très grande majorité des Français a le choix entre différents bacs pour trier ses déchets. Selon une étude menée en mars 2019 auprès de 1 200 personnes, 80 % des français pratiquent le tri*. Mais une disparité existe en fonction du lieu d'habitation et de l’âge : ceux qui vivent en milieu rural trient mieux (en plus grande quantité et de manière plus différenciée) que les citadins. Les personnes de plus de 50 ans sont les plus assidues. Cependant, les doutes subsistent encore au moment de jeter ses déchets.

Pourquoi est-il si important de trier ses déchets ? Cela permet de leur donner une nouvelle vie, mais aussi de préserver les ressources non renouvelables. Une économie devenue indispensable pour accompagner une croissance économique qui produit une quantité considérable de détritus.

Chaque Français produit aujourd'hui 350 kg de déchets ménagers par an, soit le double qu'en 1980 – avec malgré tout une légère diminution depuis quelques années. Une étude publiée en 2017 estimait à seulement 30 % le taux de plastiques recyclés en Europe (le plus élevé au monde).

Diverses contraintes techniques limitent en effet le recyclage. Voici pourquoi, à compter du 1er janvier 2020, gobelets, verres et assiettes en plastique (non recyclables) seront interdits sous l'effet de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, votée en 2015.

Dans certains territoires, la redevance incitative permet à chaque famille de ne payer que les déchets qu’elle a elle-même produits : chaque poubelle est pesée et les bacs, munis d’une puce, permettent d’identifier le foyer. Cette initiative se généralisera-t-elle ? En attendant, voici quelques règles pour trier intelligemment.

 Plastiques

Les objets en matière plastique sont les plus complexes à trier. C’est en effet dans ce domaine qu’il y a le moins d’harmonie en France. Pour autant, toutes les bouteilles et flacons en plastique se recyclent (eau, lait, jus et sodas, shampoing, etc.). Pour les autres produits – pots de yaourt, sacs ou plastiques souples, blisters de journaux, barquettes, tubes de crème ou de dentifrice, etc. –, il est nécessaire de vérifier auprès de la collectivité compétente s’ils sont recyclés ou non.

Autre possibilité : rapporter directement les emballages souples dans les magasins bio organisant leur collecte. Traités par l’entreprise TerraCycle, ils retrouveront un nouvel usage**.

 Papiers, métaux….

Livres, magazines, cahiers, enveloppes, cartons… Tous les papiers courants se recyclent. Seuls certains papiers cadeaux métallisés, les couches, les mouchoirs et les papiers de cuisson sont à jeter dans la poubelle classique. Le papier peut être recyclé sept fois de suite. Si lors des premiers recyclages, le papier est retransformé en papier, il devient ensuite du papier toilette absorbant. Le verre, les métaux (boîtes de conserve, canettes, boîtes métalliques…) sont, quant à eux, recyclables indéfiniment. 

À noter : aérosols non vides, pots de peinture, miroirs, vaisselle… sont à déposer en déchetterie.

 Compostage

Une autre poubelle fait de plus en plus son apparition ; il s’agit de la poubelle destinée aux déchets organiques (pelures et restes de fruits et légumes, marcs de café et de thé, coquilles d’œuf ou autres). Et pour les composter, il n’y a pas forcément besoin d’un jardin : de nombreuses municipalités mettent en place des composteurs collectifs dans les parcs, en bas des immeubles… S’ils ne sont pas collectés, les déchets verts (plantes, herbes, tontes, etc.) sont à déposer en déchetterie. Il est interdit de les brûler dans un jardin, c’est en effet très polluant.

 Les déchets électriques

Les déchets issus d’équipement électriques et électroniques (DEEE) ménagers doivent être dépollués puis recyclés : ils sont tous recyclables, à un taux variant de 74 à 86 %. En France, depuis la loi de 2006, les distributeurs sont tenus de reprendre un appareil usagé pour un nouvel appareil acheté (on parle alors de « reprise un pour un »). Cela vaut tant pour les distributeurs physiques que pour ceux de vente en ligne. Il est bien sûr possible de faire directement don de son matériel à des associations : une fois réparé et nettoyé, il sera remis en vente à un prix moins élevé. Cette seconde vie permet de réduire l’empreinte écologique. 

 Médicaments

Il convient de ne pas jeter les médicaments dans une poubelle ou dans un évier. Éliminés de façon incomplète par les stations d’épuration, ils pourraient polluer l’environnement. Il est conseillé de retirer les emballages en carton et les notices en papier qui iront rejoindre le tri sélectif, puis de rapporter les médicaments non utilisés (MNU) chez le pharmacien. Toutes les pharmacies d’officines ont l’obligation de les récupérer.

Chiffre : 70 % des Français ne savent pas toujours comment bien trier leurs déchets*.

 

* Étude BVA, Observatoire de la vie quotidienne des Français : les Français et les gestes écologiques, mars 2019.

** www.terracycle.fr/fr-FR/brigades/collectibio

Comprendre les logos sur les emballages

  • Point vert : il n’indique pas que l’emballage est recyclable (ou recyclé) ! Seulement que l’entreprise paie une taxe pour financer le recyclage en France.

point vert

  • Triman : l’emballage est recyclable. Apparu en 2015, le logo devrait devenir la norme dès 2021.

triman

  • Poubelle barrée : le produit ne peut être jeté dans aucune poubelle. Il est à déposer en magasin ou en déchetterie (pile, ampoule, cartouche d’encre, smartphone, etc.).

poubelle barree

  • Boucle de Moebius : symbole mondial de l’emballage recyclable depuis 1970.

ruban moebius

  • Les consignes info-tri : elles détaillent le tri à respecter pour cet emballage.

info tri

  • Petite fleur : l’écolabel européen vise à réduire les impacts environnementaux des produits dans tout leur cycle de vie.

eco label

En savoir plus : Guide pratique Que faire de ses déchets ?, Ademe, 2018.

www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-que-faire-dechets.pdf

L’art du zéro déchet

Limiter ses déchets… non pas un casse-tête, mais plutôt un mode de vie ! On peut opter par exemple pour le rayon vrac en magasin ou acheter à la coupe chez les commerçants en apportant ses propres contenants (en verre ou en plastique), ou encore fabriquer ses propres cosmétiques. Il y a aussi le classique « Stop pub » que l’on peut apposer sur sa boîte aux lettres. Un simple autocollant qui permet de réduire ses déchets de plusieurs dizaines de kilos par an. Et moins de publicité, c’est moins de tentation...

En savoir plus : Association Zero waste France, www.zerowastefrance.org

Une gestion
certifiée AFAQ ISO 9001